Elections au Brésil: comprendre le rôle de l’Eglise Evangéliste et ses liens avec Washington

Dilma-Rousseff-Aecio-Neves-Marina-Silva[1]

Pourquoi Marina Silva, candidate écologiste de gauche arrivée 3e au premier tour de l’élection présidentielle au Brésil il y a une semaine, a annoncé dimanche 12 octobre qu’elle soutiendrait le candidat de centre droit Aecio Neves?

Cette émission du Dessous des cartes (Arte) « Les Évangéliques: Une Religion Influente » donne quelques clés pour comprendre le phénomène des églises évangéliste et l’intérêt que ce courant religieux représente pour les Etats-Unis et sa politique extérieure:

Les évangélistes: un “levier d’influence” culturel et diplomatique au service des États-Unis ?

Historiquement, les États-Unis constituent bien sûr le poumon des mouvements évangéliques. Bien que née en Europe, c’est effectivement dans l’Amérique du XVIIe siècle que se déploie cette foi héritée de la tradition puritaine. Le protestantisme évangélique s’épanouit donc dans un monde qui valorise le “self made man” mais aussi le “self made saint”. Le mouvement évangélique prend véritablement son essor au XIXe siècle sous le sceau de la “mission mondiale” liée au “grand réveil” des spiritualités protestantes.

Durant la majeure partie du XXe siècle, le protestantisme évangélique constitue, pour les grandes puissances anglophones – particulièrement les États-Unis – un véritable “levier d’influence”, pour reprendre les mots de Sébastien Fath.“On connaît les liens entretenus, note-t-il, par une star de l’évangélisation mondiale comme Billy Graham avec le Département d’État, et le rôle joué en sous-main par les ambassades des États-Unis à l’occasion des opérations d’évangélisation de masse conduites par des organisations‘parachurch’ comme Jeunesse en mission (JEM).”

En raison de son discours de conversion individuelle, mais aussi de sa culture individualiste et démocratique (rôle majeur de l’assemblée locale),sans oublier son ethos de responsabilité, l’évangélisme constituerait, pourWashington, un levier d’influence privilégié pour façonner les sociétés civiles émergentes avec des valeurs fondatrices du modèle américain. Une convergence d’intérêt encore renforcée par la croyance commune des Américains, croyants ou non, en l’universalité de leur modèle.

Pour l’universitaire suisse Zidane Mériboute, l’évangélisme américain représenterait même un élément à part entière de la diplomatie des États-Unis.Au XXe,siècle, analyse-t-il, ce courant a d’abord “frappé aux portes de l’Europe et réussi une alliance tacite avec le pape Jean-Paul II. Cette connivence a permis à l’évangélisme de contribuer à précipiter la chute du communisme soviétique. Dans les années 1960, le propagandiste évangélique RichardWurmbrand disait déjà que les Russes étaient les plus faciles à convertir à la foi évangélique et que ‘le cours de l’histoire serait changé si on leur donnait agressivement la Bible’. À partir des années 1990,cette religion fit d’énormes progrès en Russie et dans les anciens pays satellites”.

Source: “Le monde est leur paroisse” : comment les évangélistes redessinent la carte mondiale des religions. Notes géopolitiques, 2011.

Des léctures pour approfondir sur ce sujet:

Les évangélistes en Amérique Latine : De l’expression religieuse à la mobilisation sociale et politique transnationale. Culture et Conflits, janvier 2002

Les protestants evangéliques aux états-unis et la politique étrangère americaine. Council on Foreign Relations, 2006

Les Églises évangéliques et le jeu des États-Unis dans le monde arabe. Charles Saint-Prot, 2005

Dieu bénisse l’Amérique, Sébastien Fath, paru en 2004

001167869[1]

Paúl Hernandez – La Voie Bolivarienne

Publicités