L’Observatoire interaméricain de la presse demande à l’Unasur de créer un Rapporteur pour la liberté d’expression

Quito (Pichincha).- L’Observatoire interaméricain de la presse et des réseaux sociaux (OIP) a demandé à l’Union des nations sud-américaines (Unasur) la création d’un Rapporteur spécial pour la liberté d’expression au sein de l’organisme, afin de renforcer la démocratie, rapporte un communiqué de presse de l’organisation non gouvernementale.

Selon l’OIP, l’objectif de la création de ce Rapporteur est qu’il “synthétise et rende physiquement possible d’avoir un espace souverain de nos Etats et des citoyens de nos pays pour l’exercice démocratique, participatif et réellement critique du droit à la communication”.

Il indique également qu’il permettra de rendre à la population son rôle de premier plan dans la communication, ainsi que de montrer au grand public l’appropriation de l’information par les entreprises, la privatisation du débat public, et de demander que soient dévoilés les intérêts économiques et politiques des entreprises de communication privées.

Dans ce contexte, l’OIP explique que la liberté d’expression ne se réduit pas à la capacité de parler et de dire la vérité, mais que dire la vérité est le résultat d’un processus d’enquête et de vérification, “processus dans lequel, de par son rôle essentiel dans une société démocratique, la presse ne doit pas, ne peut pas déformer la réalité, l’influencer ni générer de réactions subordonnées à ses intérêts propres ou politiques”, déclare l’ONG.

Dans le communiqué de presse, l’Observatoire interaméricain de la presse et des réseaux sociaux se définit comme une organisation sans but lucratif, a l’initiative du public et dirigé vers celui-ci, de portée continentale, dans le but incontournable de contrôler le respect des principes et droits de la communication dans le cadre des instruments internationaux, de la Constitution de la République et des lois respectives. LIE /

Source: El Ciudadano

Publicités