Les dirigeants latino-américains appelent à la fin de l’embargo américain sur Cuba

SAN JOSE, 29 janvier (Xinhua) — Les dirigeants latino-américains ont appelé jeudi à la fin de l’embargo commercial mené par les Etats-Unis contre Cuba, et ont adopté un Plan d’action pour 2015 lors d’un sommet régional tenu à Belen au Costa Rica.

Le 3e Sommet de la Communauté d’Etats latino-américains et caribéens (CELAC) s’est conclu sur l’approbation par le bloc de ce Plan d’action 2015, de même que de « 27 autres déclarations spéciales ».

Selon les communiqués, en plus de demander à Washington de « lever l’embargo contre Cuba », les membres de la CELAC ont déclaré « leur soutien au Venezuela [compte tenu] des plan de déstabilisation des partis de droite, leur appui à l’Argentine dans ses efforts de restructuration de la dette et dans sa revendication des Iles Malouines (ou îles Falkland au Royaume-Uni), [et] leur soutien dans les discussions de paix entre le gouvernement Colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ».

Le Plan d’action de la CELAC se concentre sur « l’éradication de la faim et de la pauvreté sur le continent pour améliorer la vie des 33 pays dont est composé le bloc ».

Lors de la dernière journée de ce sommet se déroulant sur deux jours, le président du Costa Rica Luis Guillermo Solis a cédé sa place sur le siège de la présidence tournante de la CELAC à son homologue équatorien Rafael Correa, qui dirigera donc le groupe pendant les 12 prochains mois.

« La CELAC se doit de travailler dans les années qui viennent sur cinq principaux problèmes », a déclaré M. Correa, dont la réduction de l’extrême pauvreté et des inégalités, promouvoir la science, les technologies et l’innovation, protéger l’environnement, financer le développement, et améliorer les infrastructures et la connectivité.

M. Correa a aussi fait part de son soutien à la proposition faite par le Nicaragua et le Venezuela d’inclure Porto Rico, territoire colonial des Etats-Unis, dans la CELAC, et ce comme un moyen d’affirmer que l’Amérique latine est une « région libre de tout colonialisme ».

Selon un referendum effectué En 2012, la majorité des porto-ricains ont favorisé l’indépendance plutôt que de rester un territoire américain.

Ce sommet a réuni 21 chefs d’Etats et des délégués de 33 pays latins à travers l’Amérique.

Source: http://french.xinhuanet.com/monde/2015-01/30/c_133958860.htm

Publicités