Etudiants disparus: le Mexique devant un comité de l’ONU sur les disparitions forcées

Après la disparition de 43 étudiants au Mexique, le pays doit s’expliquer devant un Comité des Nations unies sur les disparitions forcées.

Une marche commémorative pour les quatre mois de la disparition de 43 étudiants de Ayotzinapa , le 26 Janvier 2015 à la place Zocalo à Mexico, Mexique.
Crédit : ALFREDO ESTRELLA / AFP

Une marche commémorative pour les quatre mois de la disparition de 43 étudiants de Ayotzinapa , le 26 Janvier 2015 à la place Zocalo à Mexico, Mexique.

par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP

Le Mexique s’explique ce lundi devant un Comité des Nations unies sur les disparitions forcées, quelques mois après la disparition et le possible massacre de 43 étudiants en septembre dans le sud du pays. Des parents des 43 étudiants ont annoncé qu’ils enverraient aussi une délégation à Genève. Le Mexique s’expliquera les 2 et 3 février devant ce Comité, pour la première fois depuis qu’il a signé la Convention contre les disparitions forcées entrée vigueur depuis 2010.

Les autorités judiciaires du Mexique ont maintenant la « certitude » que les 43 étudiants disparus en septembre dans le sud du pays ont été tués par un groupe criminel, bien que les tests ADN n’aient pour l’instant abouti à l’identification que d’un seul d’entre eux.

Incertitudes

Les parents, qui veulent une audition séparée devant le comité, estiment que 42 étudiants sont encore en vie, et soupçonnent le parquet de vouloir clore le dossier. « Nous allons à Genève prêts à répondre à toutes les questions que l’on nous posera », a déclaré au nom du gouvernement Juan Manuel Gómez Robledo, sous-secrétaire aux Affaires multilatérales et aux droits de l’homme au ministère des Affaires étrangères.

« Face aux assertions selon lesquelles l’enquête est close, nous devrons dire que l’enquête n’est pas terminée. Face aux assertions selon lesquelles les autorités les ont déjà déclarés morts, nous devront répéter que du point de vue de la vérité juridique, ils restent des disparus, et que seul le juge aura à décider », a-t-il souligné. Human Rights Watch (HRW) et Amnesty International ont émis des doutes ce mercredi face à la « certitude » affichée la veille par les autorités mexicaines que les 43 étudiants disparus en septembre ont été tués par les narcotrafiquants.

source: RTL

Publicités