Les fonctionnaires américains vont-ils porter leur arme au Mexique?

media Le président mexicain propose une loi pour élargir le port d’armes à certains fonctionnaires étrangers et notamment américains. REUTERS/Daniel Becerril

Au Mexique, le président Peña Nieto vient de présenter au Congrès un projet de loi controversé : en plus des gardes du corps des chefs d’Etat en visite au Mexique, il autoriserait les douaniers et les agents des services de migration étrangers – la plupart américains – de porter une arme sur le territoire mexicain. Cette initiative présidentielle a immédiatement provoqué une levée de boucliers des partis d’opposition et des organisations de défense des migrants qui considèrent que ce port d’armes serait dangereux.

Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

Pour ses détracteurs, cette initiative de loi porte atteinte à la souveraineté nationale. En plus, ils estiment que les agents des services d’immigration américains, connus pour avoir la gâchette facile, pourraient menacer, côté mexicain, la vie des sans-papiers avant même qu’ils ne tentent de passer aux Etats-Unis.

En effet, si elle était approuvée, cette loi permettrait à des fonctionnaires américains d’utiliser légalement une arme sur le sol mexicain. Ce qui répond d’ailleurs à une vieille exigence de Washington, à laquelle semble vouloir accéder aujourd’hui le président Peña Nieto. Pour ses opposants, cela reviendrait à légaliser la présence des agents de renseignements américains qui, depuis plusieurs années, opèrent au Mexique en étant armés.

Les arguments du gouvernement mexicain ne se veulent pourtant pas de nature sécuritaire, mais bien économique. Ce port d’armes viserait à faciliter la mobilité des biens, des services et des personnes, en créant aux postes-frontière mexicains des bureaux où travailleraient, ensemble, douaniers et agents des services migratoires des deux pays. Mais dans ce cadre, on a de la peine à comprendre pourquoi ces fonctionnaires américains devraient porter des armes…

Source: RFI

Publicités