En Bolivie, le pape François appelle à l’unité de l’Amérique latine

RFI – 09/07

Le pape François poursuit son périple en Amérique latine. Après trois journées en Equateur, il est arrivé mercredi 8 juillet au soir en Bolivie, pays le plus pauvre du continent. Il a été reçu par le président Evo Morales à La Paz, la capitale administrative.

Avec notre envoyé spécial à La Paz,Antoine-Marie Izoard

Quelques degrés au-dessus de zéro, un paysage lunaire et les montagnes des Andes à l’horizon. Le pape François est arrivé à La Paz, où il n’a passé que quelques heures en raison de l’altitude. Le point levé pendant l’hymne national, le président Evo Morales a accueilli le souverain pontife lors d’une cérémonie haute en couleurs.

Présenté par son hôte comme le pape des pauvres, François a redit que l’option préférentielle de l’Eglise allait aux plus faibles. Dans le pays le plus pauvre d’Amérique latine, il a souhaité que « la richesse des uns ne se construise pas sur la misère des autres ».

Le chef de l’Eglise catholique est venu lancer sur son continent d’origine un appel à l’unité, à l’inclusion de toutes les composantes de la société. Entre les Andes et l’Amazonie, le pape François est également venu proposer le message de sa récente encyclique sur la sauvegarde de l’environnement, à savoir la promotion d’une écologie intégrale qui n’exclut pas l’être humain.

Il n’empêche, c’est un sérieux coup de main que le pape a donné dès son arrivée à Evo Morales. Il a ainsi évoqué sans le nommer le conflit qui oppose de longue date la Bolivie au Chili. La Bolivie d’Evo Morales réclame avec force un accès à la mer, perdu à la fin du XIXe siècle. Il a souhaité alors des solutions communes et équitables, tout en demandant de mettre fin à toute agressivité.

Source: RFI

Publicités