Les Etats-Unis cherchent à perturber le Venezuela à travers le différend avec le Guyana

Resumen Latinoamericano / 20 juillet 2015 –

A travers Exxon Mobil, le gouvernement nord-américain déplace ses pièces, disent des experts en politique internationale.

Bien que l’Exécutif états-unien at montré son intention d’intervenir dans es affaires politiques de al nation sud-américaine, un expert considère que le différend pour l’Esequibo a un intérêt particulier: extraire du brut sans précautions. Le gouvernement des Etats-Unis cherche à transformer en conflit bilatéral le différend territorial le Guyana et le Venezuela pour l’Esequibo pour assurer ses intérêts économiques dans la région. Selon le journaliste vénézuélien Eleazar Díaz Rangel, le Département d’Etat des Etats-Unis montre clairement son jeu avec la transnationale pétrolière Exxon Mobil qui opère sur territoire en litige et dont le principal allié est le Gouvernement du Guyana.

Le stratagème des Etats-Uni dans ce différend peut être déchiffré en analysant la visite du coordinateur pour les Affaires Energétiques Internationales du Département d’Etat des Etats-Unis, David Goldwin, au Guyana en 2010 quand la Maison Blanche a fait connaître con intérêt à inclure la nation des CaraÏbes dans son programme de gestion et de formation énergétique. Goldwin a réalisé ce qui serait le premier objectif des Etats-Unis: ouvrir la porte à la présence des Etats-uniens et de leurs entreprises au Guyana, « il a même transformé son gouvernement présidé par David Granger en instrument aux mains des géants pétroliers, en particulier d’Exxon Mobil”, assure Díaz Rangel.

Exxon Mobil a obtenu des concessions dans des zones en litige pour opérer avec le soutien de l’actuel Gouvernement guyanais. Comme l’a dénoncé le président vénézuélien, Nicolas Maduro, la chancelière Delcy Rodríguez et d’autres fonctionnaires du Gouvernement Bolivarien, l’influence de la transnationale pétrolière pousse à l’intervention des Etats-Unis dans les affaires de la nation sud-américaine. Les analystes sont d’accord sur le fait que l’insistance d’Obama à faire dévier l’orientation et le projet de Petrocaribe a pour but de fixer une position sur le différend territorial qui date de décennies. Cependant, le Venezuela réitère sa demande au Gouvernement du Guyana pour qu’il « réactive » et respecte le Droit International ainsi que l’accord de Genève concernant le différend pour le territoire de l’Esequibo. La nation sud-américaine cherche à préserver les relations diplomatiques et de fraternité entre les deux nations et l’a exprimé dans une lettre adressée aux ministres des Relations Extérieures du Marché Commun du Sud (MERCOSUR) à l’occasion du sommet semestriel de ce bloc qui a eu lieu au Brésil. Dans cette lettre, on assure que le Guyana a permis à Exxon Mobil « de récupérer un énorme espace sujet à réclamation et qu’ils appellent unilatéralement ‘Bloque Starbroke’ pour maintenant prétendre lui permettre d’exploiter à sa guise une énorme zone riche en ressources naturelles. »

La réclamation du Venezuela sur l’Eséquibo a l’aval de l’Organisation des Nations Unies (ONU) depuis la signature de l’Accord de Genève en 1966. Ce traité, entre autres choses, établit que l’Eséquibo ne doit pas être exploité car c’est une zone en litige. Cependant, le Gouvernement du Guyana a violé l’Accord de Genève et à plus de 15 occasions, a accordé des concessions à des entreprises étrangères pour exploiter l’Eséquibo. La plus récente a été accordée à Exxon Mobil qui a découvert un gisement dans la zone et réalise des travaux d’exploitation sur ce territoire.

Source en espagnol:

http://www.resumenlatinoamericano.org/2015/07/20/ee-uu-busca-entorpecer-diferendo-entre-guyana-y-venezuela/

Traduction Françoise Lopez:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/07/venezuela-les-etats-unis-cherchent-a-perturber-le-differend-avec-le-guyana.html

Publicités