Le candidat républicain Marco Rubio promet de fermer l’Ambassade de Cuba s’il est élu

Cubadebate – L’aspirante démocrate à la présidence des Etats-Unis, Hillary Clinton, réaffirmera vendredi à Miami son rejet du blocus nord-américain de Cuba. Selon ses conseillers, l’ex secrétaire d’Etat qualifiera ouvertement d’échec les arguments de certains secteurs du parti de conserver la politique hostile envers l’île.

Cette annonce a provoqué une réaction immédiate de la part de l’un de ses possibles ennemis aux prochaines élections: le sénateur républicain Marco Rubio, un des porte-paroles les plus actifs de la politique anti-cubaine.

Dans ce que le journal The Hill qualifie ce jeudi de « putsch préventif contre Clinton”, Rubio a signalé que la condamnation de l’ex chef de la diplomatie états-unienne du blocus constitue une « grave erreur » et a réaffirmé ses positions opposées au nouveau cours de la politique d’Obama envers l’île des Caraïbes.

Cet élu d’origine cubaine qui fait partie d’un peloton de 17 aspirants à la Maison Blanche pour le parti rouge, compte à peine 7% de soutien des éventuels électeurs selon des enquêtes récentes et selon des experts, il pourrait profiter de ce sujet pour obtenir une meilleure visibilité dans les médias, en particulier en Floride.

Rubio et d’autres personnalités du parti rouge ont promis, s’ils triomphent aux présidentielles du 8novembre 2016, de fermer l’ambassade de Cuba et de rompre les relations diplomatiques avec l’île des Caraïbes.

Mais des spécialistes du sujet avertissent que cette affirmation est très éloignée de ce que révèlent les enquêtes d’opinion récentes selon les quelles environ 60% des Etats-uniens soutiennent le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba.

La même proportion considère comme correcte la demande d’Obama au Capitole de lever le blocus économique, commercial et financier condamné pendant 2″ ans de suite par l’Assemblée Générale de l’ONU.

Dans ce contexte, les partisans de la politique d’Obama envers Cuba restent offensifs et l’élu républicain du Minnesota, Tom Emmer, qui a présenté le 28 juillet à la Chambre des Représentants une initiative contre les sanction unilatérales l’a bien montré.

sous le nom de Loi sur le Commerce avec Cuba 2015, la proposition cherche à éiminer les restrictions actuelles concernant les entreprises états-uniennes pour faire du commerce avec la nation des Caraïbes ainsi que les interdictions concernant les voyages à cuba des citoyens nord-américains.

De plus, le 23 juillet dernier, le Comité des Assignations du Sénat a approuvé un amendement qui prévoit la levée de l’interdiction de se rendre à Cuba pour les Nord-américains.

Il est difficile de diagnostiquer avec précision à quel côté profite la corrélation des forces entre les partisans et les opposants de la politique d’Obama envers la plus grande des Antilles parce qu’il y a environ une dizaine d’initiatives dans un sens ou dans l’autre au Capitole, dont les membres commenceront dans les prochains jours leurs vacances d’été jusqu’en septembre.

Cepednant, aussi bien le sénateur démocrate Patrick Leahy -qui est allé plusieurs fois à La Havane cette année – que sa coreligionnaire et leader de la minorité à la Chambre basse Nancy Pelosi assurent qu’il y a un consensus majoritaire au Congrès en faveur de la levée des sanctions unilatérales contre La Havane.

(Avec des informations de PL)

Source en espagnol: http://www.cubadebate.cu/?p=611019#.VbsybXg4YRE

URL de cet article: http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/07/cuba-si-marco-rubio-est-elu-il-fermera-l-ambassade-de-cuba.html (traduction Françoise Lopez)

 

Publicités