La tranquillité sur le frontière est dans les mains de la Colombie (Gouverneur du Tachira)

Ultimas Noticias

traduction Françoise Lopez

Le gouverneur de Tachira soutient que le Venezuela a décrété la fermeture de la frontière et la déportation des citoyens colombiens parce que le gouvernement de Juan Manuel Santos n’a pas mis un terme aux problèmes de contrebande et de trafic de drogues dans cette zone.

Vielma Mora a averti que la lutte qui se livre est une lutte contre e para-militarisme et les mafias organisées.

UN | EFE.- Le gouverneur de l’état de Tachira, José Gregorio Vielma Mora, a affirmé ce dimanche que ce qui peut restituer la tranquillité de la frontière qu’elle partage avec le Venezuela est dans les mains de la Colombie.

Dans une interview accordée à EFE dans cette zone, il a qualifié la situation de la frontière entre la Colombie et le Venezuela de « très compliquée et difficile » surtout parce qu’à son avis, le gouvernement colombien ne lutte pas contre les problèmes de sécurité dans cette zone principalement caractérisés par la contrebande et le para-militarisme.

Ces problèmes, qui ont provoqué la dure réponse du Venezuela et une crise diplomatique avec le gouvernement du président Juan Manuel Santos a pris de l’ampleur, à son avis, à cause de la permissivité des autorités colombiennes dans plusieurs domaines qu’il énumère.

L’un d’entre eux est « les lois, décrets et résolutions colombiennes facultatives pour la gestion des bureaux de change sur la frontière où ils reçoivent des billets vénézuéliens » sur lesquels, dans le pays pétrolier, règne un strict contrôle du change.

Ces bureaux de change « sont des tous des structures qui situent la valeur de la monnaie vénézuélienne selon la volonté des para-militaires colombiens », a affirmé le gouverneur.

Selon Vielma Mora, cette mesure a été prise après que la Colombie n’ait pas respecté les engagements pris il y a plus d’1 an à Carthagène des Indes quand elle s’est engagée à mettre fin aux problèmes énumérés précédemment.

« C’est une mesure prise après 1 an et 27 jours d’attente », a-t-il dit.

« Du côté colombien, il n’y a pas de présence militaire ou policière, cela rend difficile les actions contre les bandes para-militaires et contre l’extorsion, a contrebande, le vol d’animaux et rend la population super-vulnérable », a assuré le gouverneur en évoquant la surveillance de la ligne frontière qui a été pendant des années un passage libre pour le trafic illicite.

Le gouverneur a assuré que même si l’état d’urgence se termine et que le passage des ponts qui communiquent entre les 2 pays se réouvre, la normalité reviendra grâce à la collaboration de la Colombie.

« Quand la Colombie nous aidera, quand la Colombie respectera toutes les normes que nous avons établies ».

Source en espagnol:

http://www.ultimasnoticias.com.ve/noticias/actualidad/politica/vielma-mora-tranquilidad-de-la-frontera-esta-en-ma.aspx#ixzz3kMiBuMCv

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/08/venezuela-la-tranquillite-sur-le-frontiere-est-dans-les-mains-de-la-colombie.html

Publicités