Crise frontalière : échec d’une réunion clé Venezuela/Colombie

Quito, 13 sept 2015 (AFP)

Les chefs de la diplomatie du Venezuela et de la Colombie réunis samedi à Quito n’ont pas réussi à fixer de date pour une rencontre entre les présidents des deux pays destinée à résoudre la crise frontalière qui a chassé quelque 20.000 Colombiens du Venezuela.

Les ministres des Affaires étrangères de Colombie, Maria Angela Holguin, et du Venezuela, Delcy Rodriguez, « ont tenu une importante réunion à Quito pour discuter des questions sensibles de leur relation bilatérale », indique un communiqué commun lu par le chef de la diplomatie équatorienne, Ricardo Patiño.

La réunion qui a eu lieu à la demande des présidents d’Equateur, Rafael Correa, et d’Uruguay, Tabaré Vasquez, n’a cependant pas atteint son objectif: fixer une date pour une rencontre entre Juan Manuel Santos y Nicolás Maduro.

« Ayant fait de bons progrès dans le traitement de ces questions », ils vont pouvoir « consulter les présidents pour planifier une prochaine réunion présidentielle », poursuit le communiqué.

M. Patiño s’est dit optimiste pour la suite du dialogue entre les deux Etats, déclarant en conférence de presse que la réunion de samedi laissait apparaître des « résultats encourageants pour l’avenir des deux pays frères ».

« Nous allons continuer à travailler dans les prochains jours », pour s’accorder sur une date pour une rencontre, a-t-il ajouté.

La crise entre le Venezuela et la Colombie a débuté le 19 août lorsque M. Maduro a fermé une partie des plus de 2.000 km de frontière et décrété l’état d’exception. Il a justifié ces mesures en déclarant que des militaires vénézuéliens avaient été attaqués pendant une opération de lutte contre la contrebande, attaque qu’il a attribuée à « des paramilitaires colombiens ».

Quelque 20.000 Colombiens ont quitté, de gré ou de force, le Venezuela depuis le début de la crise, selon l’ONU.

Source: AFP

Publicités