Cuba-Etats-Unis: pourquoi n’y avait-il pas de courrier postal direct?

635854352049179034-ap-cuba-us-trade

Granma, 17 mars 2016

Il semble fou qu’en plein XXI° siècle deux pays voisins doivent négocier pour avoir une relation postale directe rapide et sûre. L’origine de cette situation remonte à presque 50 ans quand Cuba a décidé de suspendre l’échange postal.

« Un attentat criminel » titrait la revue Bohemia du 12 janvier 1968.

Cinq travailleurs des télécommunications avaient été victimes – 4 jours auparavant – d’un sabotage ourdi par la contre-révolution cubaine des Etats-Unis qui s’étaient servi d’un moyen insoupçonnable: le trafic postal.

Peu avant que la bombe n’explose, l’ambiance dans l’immeuble du Ministère des Communications et de ses environs était tranquille comme d’habitude. Un groupe de travailleurs déchargeait un camion qui amenait les colis postaux en provenance de New York quand subitement, dans les mains mêmes des travailleurs, une sacoche avec « US Mail » explosa.

Le revue de l’époque raconte que dans un rayon de quelques mètres, tous les êtres humains furent blessés, la partie arrière du camion vola en éclats, les vitres des portes et des fenêtres furent détruites.

Les ravages de cet attentat furent insignifiants comparés aux blessures de ceux qui manipulaient le courrier: Juan Pablo Bernal, qui avait à la main le colis-bombe eut le ventre perforé par la mitraille, la peau des jambes arrachée et des blessures aux deux yeux.

Un fragment de munition pénétra dans l’oeil droit de Fran­cisco Morales tandis que Lucas Ovie­do, Silvio Montes de Oca et Horacio Sánchez furent blessés au visage, au torse, aux avant-bras et aux jambes.

Si l’explosion avait eu lieu à l’intérieur de l’immeuble et non sur le quai de déchargement, il y aurait eu beaucoup plus de blessés parce que c’est un endroit fermé et que là, travaillent de nombreux employés.

Le but de cet attentat, un des nombreux réalisés par les ennemis de la Révolution était de semer la mort parmi des travailleurs sans défenses, d’endeuiller des familles entières et de faire des dégâts.

“Parcel Post from New York U.S.A”, pouvait-on encore lire sur la carte de fermeture de la sacoche qui avait explosé. Ce fait a décidé le gouvernement révolutionnaire à prendre des mesures définitives concernant l’envoi de paquets postaux en provenance des Etats-Unis, devant le manque d’engagement du gouvernement de ce pays à garantir la sécurité des colis.

Depuis lors, au sujet de la poste entre Cuba et les Etats-Unis, rien n’avait avancé parce que les gouvernements successifs du voisin du nord ne garantissaient pas que des actes terroristes comme celui de 1968 ne se répèteraient pas.

Pendant des décennies, la relation postale entre les deux nations s’est faite à travers un pays tiers, c’est pourquoi une lettre postée sur l’Ile pouvait mettre des mois à arriver aux Etats-Unis et vice-versa, sans compter que les colis postaux n’étaient pas acceptés.

Dans une interview accordée à l’Agence Cubaine d’Information, Josefina Vidal Fe­rreiro, directrice générale de la Chancellerie pour les Etats-Unis a déclaré que les deux nations avaient déjà commencé à dialoguer sur la régularisation du service postal direct en 2009 mais ensuite, il y eut une impasse de 4 ans pendant lesquels on ne reparla pas de ce sujet jusqu’à ce que les discussions reprennent en 2013.

Le nouveau contexte de rapprochement entre La Havane et Wa­shing­ton a permis qu’un an après les annonces du 17 décembre 2014, Cuba et les Etats-Unis décident de rétablir le courrier postal direct entre les deux pays avec la mise en place d’un Plan Pilote pour le transport du courrier.

Après avoir coordonné les détails techniques, de fonctionnement et de sécurité pour sa mise en oeuvre, le vol inaugural qui rétablit les échanges directs de courrier postal entre les 2 nations laisse derrière lui des décennies de méfiance et met en évidence la volonté d’avancer vers une relation différente.

Le rétablissement du service postal est l’un des premiers résultats palpables après le rétablissement des relations diplomatiques entre La Havane et Wa­shing­ton en juillet de l’année dernière et profitera aux citoyens des deux côtés du détroit de Floride qui pourront envoyer, plus rapidement et plus sûrement, de la correspondance, des colis postaux, de la messagerie et des colis express grâce aux bureaux de poste.

Un autre accord entre les deux gouvernements, le rétablissement des vols réguliers entre différents points de Cuba et des Etats-Unis permettra que, quand commenceront les ponts aériens au milieu de cette année, le courrier postal soit transporté par cette voie habituelle entre tous le spays du monde. (ACN)

Source : Granma

Traduction: BolivarInfos

Publicités