Avertissement de la FAO sur les effets des catastrophes naturelles dans les Caraïbes

fao_logo

Havane, 16 avr (PL)Ll’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO), a signalé que entre 1990 et 2014 182 catastrophes naturelles majeures ont eu lieu dans les Caraïbes qui ont touché plus de 11,5 millions de personnes.

Ces phénomènes ont provoqué 241 mille morts et 16.6 milliards de dollars de dommages et de pertes, avec un impact sérieux sur la pêche, l’agriculture, les forêts et la sécurité alimentaire, selon un communiqué de cet organisme international reproduit par son bureau à la Havane.

L’entité désigne qu’il soutient la résilience des moyens de subsistance aux menaces, crise et le changement climatique dans les pays 14 insulaires. Il a ajouté que les petits États insulaires en développement de la Caraïbe (SID) et la FAO mettent au point un nouveau programme pour augmenter la résistance à l’impact du changement climatique sur l’Agriculture et la sécurité alimentaire et moyens de subsistance, aux menaces et aux crises.

Avec le soutien de l’Agence pour la gestion des situations d’urgence et des catastrophes dans les Caraïbes – désigne les texte – les pays renforcement leur gouvernance pour la gestion des risques, réduisent la vulnérabilité au niveau local, amélioreront leur capacité de répondre aux risques et de crise et de ses mécanismes de suivi et évaluation des risques. Antigua-et-Barbuda, Belize, Barbade, Dominique, Guyane, Grenade, Haïti, Jamaïque, Saint Kitts et Nevis, Sainte-Lucie, Saint Vincent et Grenadines, Suriname et Trinidad et Tobago sont les pays qui participent au nouveau programme, qui bénéficie également du soutien de la communauté des Caraïbes.

Selon la FAO, le changement climatique, qui augmente l’intensité et la fréquence des catastrophes naturelles, affecte anormalement les petits états insulaires, et nuit leurs ressources naturelles et les moyens de subsistance, comme la pêche, le tourisme et l’agriculture.

Le programme de résilience favorisera le renforcement des systèmes d’information et l’amélioration des mécanismes de surveillance et d’alerte rapide pour les menaces qui touchent l’agriculture et la sécurité alimentaire et nutrition, y compris les maladies animales et végétales, indique le message.

Elle a ajouté que les 14 pays vont réduire leur vulnérabilité au niveau des ménages et des collectivités, basées sur les meilleures pratiques et le sauvetage des connaissances traditionnelles et autochtones avec la participation des communautés locales et être promu au grade de mécanismes de transfert des risques, y compris l’assurance pour les petits agriculteurs.

Publicités