Neuf prisonniers yéménites de Guantanamo transférés vers l’Arabie saoudite

2016-03-31t032111z_1742533894_gf10000366642_rtrmadp_3_usa-guantanamo_0

Les États-Unis ont transféré samedi neuf détenus de la prison militaire de Guantánamo vers l’Arabie saoudite, où le président américain Barack Obama se rendra mercredi. Ces prisonniers sont tous Yéménites, mais à cause de la situation dans leur pays, leur réinstallation n’y était pas possible. Il reste encore 80 détenus à Guantánamo, qui a hébergé plus de 700 personnes, bien souvent sans chef d’accusation officiel. Cette lacune juridique explique en partie pourquoi cette prison est si difficile à fermer, alors que même la Cour suprême américaine avait critiqué son fonctionnement.

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

Dès son entrée à la Maison Blanche en 2009, Barack Obama avait annoncé son intention de fermer Guantánamo. Sept ans plus tard, en février dernier, le président américain a enfin présenté un plan concret pour vider complètement la prison installée sur une base navale à Cuba, en transférant les détenus vers les Etats-Unis ou des pays tiers.

Début avril, deux prisonniers avaient été envoyés vers le Sénégal, et ce samedi 16 avril, neuf autres, tous Yéménites, ont été dirigés vers l’Arabie saoudite. Aucune accusation n’a jamais été déposée contre ces neuf personnes, et huit d’entre elles disposaient même de l’autorisation de quitter Guantánamo depuis au moins 2010.

Le Pentagone ne précise pas le sort carcéral ou judiciaire qui leur sera réservé.

Certains des 80 détenus restants pourraient être transférés vers les Etats-Unis, mais l’opposition républicaine au Congrès américain refuse jusqu’à présent ces mouvements, tout comme la plupart des Etats pressentis pour les « accueillir ».

Barack Obama se dit pourtant déterminé à fermer Guantanamo, assurant ne pas vouloir céder ce dossier épineux à celui ou celle qui lui succédera, dans seulement neuf mois.

Publicités