Une nouvelle loi permet aux Etats-Unis de violer la souveraineté des pays d’Amérique Latine

Resumen Latinoamericano/ RT / 20/05/2016

La loi approuvée au Congrès des Etats-Unis de poursuivre la production et le trafic de drogues hors du pays quand celui-ci a comme « probable » destination le territoire états-unien.

20 mai 2016 – Le texte, baptisé Loi contre le Trafic de Drogues Transnational a été présenté au Sénat par la législatrice démocrate californienne Dianne Feinstein avec le soutien du républicain pour l’Iowa Chuck Grassley.

Quel est le but de cette loi ?

Selon ce qu’a expliqué Feinstein elle-même, cette loi « donne aux forces de l’ordre les outils nécessaires pour réduire le volume de drogue qui traverse nos frontières ». De plus, elle autorise la poursuite du crime transnational « pour réduire le flux des drogues illégales qui arrivent aux Etats-Unis des pays tiers ».

Le communiqué émis par le Sénat dans lequel on signale que la législation aiderait « en particulier le Département de la Justice à préparer des cas d’extradition contre des chefs de bandes de la drogue de la région andine » a été plus spécifique.

Comme l’a indiqué la BBC, la règle « non seulement pointe ceux qui commercialisent des narcotiques mais aussi ceux qui sont les fournisseurs des produits chimiques pour l’élaboration de drogues » et les producteurs de substances considérées comme contrôlées aux Etat-Unis.

Parmi les substances contrôlées de type 1 et 2 – qui sont ceux que la loi interdit – figure la feuille de coca. Ce produit, consommé depuis des siècles par les populations de Bolivie, du Pérou, de l’Equateur et de Colombie, est en plus, la source de revenus de beaucoup de paysans producteurs de ces pays qui se sontmis en alerte face à cette mesur du Gouvernement états-unien.

Le rejet des producteurs

Même si le discours de l’administration d’ Obama pointe les chefs de bandes du trafic de drogues, les paysans de plusieurs pays d’Amérique Latine ont fait leurs remarques puisque, effectivement, la loi permet de les criminaliser en tant que producteurs.

« Nous, nous condamnons cette intention. Ils ne sont pas les maîtres du monde pourprétendre faire cela », a affirmé la dirigeante cultivatrice de coca bolivienne Leonilda Zurita.

Il faut rappeler qu’ en 2008, le président bolivien Evo Morales a expulsé de son pays l’Administration pour le Contrôle des Drogues (DEA) états-unienne pour condamner la politique agressive qu’avait cette agence contre les producteurs.

Pour sa part, Nelson Palomino, dirigeant de la Confédération des Producteurs des Bassins de production de la coca du Pérou a déclaré quepour eux, « ce qui prévaut, ce sont les lois péruviennes ». « La coca a été déclarée patrimoine culturel dans notre pays », a-t-il ajouté.

Les lois extra-territoriales, une habitude des Etats-Unis

« Exiger que les lois des Etats-Unis s’appliquent de façon extra-territoriale est la même chose qu’obtenir le ocntrôle des citoyens du pays, c’est la même chose que l’annexion d’un pays », a déclaré l’année dernière le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Ce n’est pas la première loi approuvée par Washington qui viole la souveraineté d’autres Etats. Le blocus contre Cuba en est l’exemple le plus frappant puisque non seulement il touche l’île des Caraïbes mais tout autre pays ou toute autre entité qui tente de fair edu commerce avec elle.

NOTE:

Les Indiens mâchent la feuille de coca, ce qui n’a rien à voir avec une drogue et l’ONU a reconnu cette spécificité.

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2016/05/22/una-nueva-ley-de-eeuu-permite-violar-la-soberania-de-paises-de-america-latina/

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/05/amerique-latine-une-nouvelle-loi-permet-aux-etats-unis-de-violer-la-souverainete-des-pays-d-amerique-latine.html

Publicités