Le président Evo Morales condamne l’ingérence étrangère en Bolivie

La Paz, 3 juin (PL) Le président bolivien Evo Morales a condamné l’ingérence étrangère dans les affaires internes de son pays et a affirmé que la situation nationale avait changé due à l’unité et l’organisation du peuple en mouvements sociaux.

Auparavant, les États-Unis envoyaient des lois pour être approuvées en Bolivie, ordonnaient d’éradiquer la coca en utilisant des produits chimiques, conditionnaient l’octroi de crédits pour éliminer les plantations et la privatisation des entreprises, a-t-il ajouté.

M. Morales a également remarqué que les Boliviens élaboraient aujourd’hui leurs propres status et étaient propriétaires des ressources naturelles du pays.

Il a également indiqué que grâce aux nationalisations, la situation économique du pays avaient amélioré et on pouvait maintenant mettre en œuvre de plusieurs initiatives au profit des citoyens.

rm/mlm/mem/gas

source: Prensa Latina

Publicités