Communiqué du Sénat du Brésil sur la Présidence du Venezuela au MERCOSUR

COMMUNIQUE:

SENAT FEDERAL

COMMISSION DES AFFAIRES ECONOMIQUES

La Présidence de la Commission des Affaires Economiques du Sénat Fédéral exprime son désaccord avec la position du gouvernement par interim du Brésil qui a décidé de ne pas reconnaître la présidence tournante du Venezuela au MERCOSUR.

Aussi bien le Traité d’Asunción, un élément fondateur du bloc, que le Protocole d’Ouro Preto établissent clairement que la présidence tournante du MERCOSUR serait alternée, tous les 6 mois, par ordre alphabétique, entre les Pays Membres.

Cette règle, décidée librement entre les membres du bloc et approuvée par le Congrès National du Brésil, est auto-applicable et automatique, et se passe, par conséquent, de toute décision ou validation supplémentaire.

De plus, les relations commerciales avec le Venezuela sont très bénéfiques pour le Brésil. Entre 2003 et 2012, nos exportations vers ce pays ont augmenté d’à peine 608 millions de $ US à 5 milliards de $USD. Pendant cette période, le Venezuela nous a procuré un excédent commercial cumulé de 29 milliards de $USD. Nous exportons vers le Venezuela des produits allant des aliments aux produits manufacturés sophistiqués. Le Venezuela est également vital pour le développement de notre frontière amazonienne nord et joue un rôle fondamental dans la fourniture d’énergie électrique à nos états de la Région Nord.

La décision du gouvernement intérimaire du Brésil s’oppose frontalement aux instruments juridiques du MERCOSUR. Le Venezuela est un Etat Membre, en pleine jouissance de ses prérogatives et n’est soumis à aucune sorte de sanctions à l’intérieur du bloc.Les raisons alléguées pour ne pas se conformer aux règles juridiques du MERCOSUR manquent de fondement technique. L’allégation que le Venezuela ne peut pas assurer la présidence du bloc parce qu’il n’est pas parvenu à remplir toutes les conditions prévues dans le Protocole d’Adhésion pour adhérer au MERCOSUR est totalement irrecevable. Aucun Etat Membre du MERCOSUR, même le Brésil, ne remplit intégralement les conditions fixées par le bloc. Notre pays n’a pas ratifié plusieurs protocoles et plusieurs accords signés dans le contexte du bloc et, comme tous les autres membres, n’applique pas le Tarif Douanier Commun (TEC) dans toute son étendue.

En ce qui concerne les conflits intérieurs du Venezuela, qui, nous le reconnaissons, sont sérieux, ils ne nous semblent pas pouvoir servir de motif pour cette décision anti-démocratique. Les relations avec le Venezuela sont stratégiques pour le Brésil et ne peuvent être fragilisées par des concepts politiques et idéologiques qui ne correspondent pas à une politique extérieure responsable. Les conflits intérieurs du Venezuela peuvent être résolus par le dialogue et la coopération et non par des mesures autoritaires et qui vont contre le droit, qui tendraient inexorablement à aggraver les problèmes existants. Le respect des règles et des institutions démocratiques est toujours le meilleur pari, aussi bien au MERCOSUR qu’à l’intérieur des Etats Membres.

Sénatrice Gleisi Hoffmann

Présidente de la Commission des Affaires Economiques

 

 

Source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/Senado-de-Brasil-respalda-PPT-de-Venezuela-en-el-Mercosur-20160806-0024.html

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2016/08/venezuela-communique-du-senat-du-bresil-sur-la-presidence-du-venezuela-au-mercosur.html

Publicités