«Veillée de paix» pour les guérilleros des FARC: un reportage de Maurice Lemoine

arton30769-d8a67

Poisseuse capitale régionale du Département du Choco, au bord de l’Atrato, un fleuve puissant aux flots boueux, aux méandres infinis, Quibdo hésite entre le gris de ses épais nuages et le noir sinistre du bitume plaqué sur les murs des quelques immeubles délabrés ou en construction pour les protéger des ravages de la pluie.

Des hordes de motos vrombissent dans les rues défoncées. Au-delà du débarcadère, les grouillants quartiers populaires encombrés de détritus et d’ordures végétales en décomposition, dans la puanteur des eaux usées, agitent leur inhumanité. Depuis cette ville en déshérence, pour se déplacer dans un département totalement abandonné par l’Etat, pour transporter humains, marchandises et bestiaux, il n’existe aucune route, aucun chemin, aucun pont. Une seule voie possible : l’eau. Plissant de courtes vagues luisantes, des bateaux ventrus glissent mollement à sa surface ; les champas des pêcheurs solitaires longent les rives touffues ; à pleins gaz, une myriade de pangas transportant dix à vingt personnes, moteur rugissant, proue élevée au-dessus de l’eau, descendent ou remontent le courant.

article complet + photos: http://www.legrandsoir.info/veillee-de-paix-pour-les-guerilleros-des-farc.html

Publicités