Venezuela : le chef de la diplomatie cubaine souligne l’actualité du non-alignement

 f0010089

ISLA MARGARITA.— Le ministre cubain des Relations extérieures, Bruno Rodriguez Parrilla, a mis l’accent sur l’actualité du non-alignement à son arrivée dans ce pays ce pays d’Amérique du Sud, qui accueille jusqu’au 18 septembre le 17e sommet du Mouvement des non-alignés.

« Le non-alignement a acquis des mérites historiques énormes et il reste d’une actualité totale », a déclaré le chef de la diplomatie cubaine en faisant référence aux sujets qui seront débattus à cette rencontre internationale. « Il faut défendre l’indépendance, la souveraineté et l’autodétermination à travers l’unité et la concertation », a-t-il souligné.

« Nous saisissons cette occasion pour adresser nos salutations révolutionnaires, anti-impérialistes et solidaires au peuple courageux du Venezuela », s’est-il exclamé, avant d’exprimer ses vœux de succès à ce Sommet, dont le République bolivarienne du Venezuela assumera la présidence tournante. « Le Venezuela se verra remettre la présidence et réussira avec succès. Ce sera une victoire du peuple vénézuélien », a-t-il dit.

Bruno Rodriguez participera aujourd’hui et demain à un débat politique dans le cadre de la Réunion des ministres des Affaires étrangères, qui aura pour thème La paix, la souveraineté et l’indépendance, un segment qui précédera la Conférence des chefs d’État, prévue samedi et dimanche.

La deuxième journée a marqué la clôture des sessions des Réunions des hauts fonctionnaires, chargées d’élaborer le document qui sera débattu et adopté par les ministres des Affaires étrangères et les chefs d’État.

Ces réunions ont élu le Venezuela comme coordinateur des commissions politique, économique et sociale du Mouvement, une élection qui, avec la participation massive des délégués étrangers, a été considérée par la chef de la diplomatie du pays hôte, Delcy Rodriguez, comme une reconnaissance de la diplomatie de la paix prônée par son pays et un échec des tentatives d’isolement menées par ses ennemis.

« Les transnationales de la communication qui ont voulu isoler et rendre invisible le Venezuela afin d’empêcher la tenue de ce Sommet ont été vaincues aujourd’hui grâce à la présence massive de toutes les délégations des pays non-alignés », a-t-elle souligné.

À travers son compte twitter, Rodriguez a également condamné le complot ourdi par l’alliance de droite du Brésil, du Paraguay et d’Argentine, dont les gouvernements ont mis en doute la légitimité du Venezuela à la tête du Mercosur (le Marché commun du Sud), dans une tentative opportuniste pour jeter le discrédit sur le gouvernement bolivarien dans le contexte du Sommet des non-alignés.

Publicités