Jean-Pierre Bel mise sur la perdurabilité du rapprochement entre Cuba et la France

ob_7415ae_282-bandera-cuba-francia

La Havane, 17 nov. (RHC/PL).- Jean-Pierre Bel, envoyé spécial du président français pour l’Amérique Latine et les Caraïbes s’est montré optimiste quant à la perdurabilité du rapprochement de ces derniers temps entre Cuba et la France.

Dans une interview accordée au correspondant de Prensa Latina à Paris, Jean-Pierre Bel a qualifié de très important le fait que les autorités cubaines considèrent la France comme un interlocuteur privilégié en Europe.

«Nous le ressentons comme un geste fort d’amitié auquel nous avons essayé de correspondre.» a relevé l’envoyé spécial du président Hollande en Amérique Latine qui s’est dit optimiste face à l’avenir. «Quoiqu’il arrive aux élections présidentielles de l’année prochaine, cette politique de rapprochement de l’Amérique Latine et en particulier de Cuba va être gardée » a-t-il signalé.

Dans son interview à Prensa Latina, Jean-Pierre Bel s’est également référé aux efforts consentis par la France à l’abandon de la «position commune» de l’Union Européenne à l’égard de Cuba.

«Il faut reconnaître que depuis longtemps, la France voulait impulser un changement dans cette position commune», une politique qu’elle a qualifiée d’erronée car elle a impliqué, a-t-il précisé, la fermeture des portes à toute possibilité de dialogue et d’évolution des liens.

Se référant au rééchelonnement de la dette cubaine contractée envers le Club de Paris, un processus dans lequel la France a joué un rôle de premier plan, Jean-Pierre Bel a souligné que cela a remis Cuba dans le jeu et permettra aux pays créanciers d’accompagner des projets très nécessaires pour l’économie cubaine.

Le mois dernier, Jean-Pierre Bel a été décoré de la médaille de l’amitié que décerne le Conseil d’État cubain pour sa contribution au rapprochement entre nos deux pays. A ce propos, il a signalé :

«La médaille revêt une très grande signification pour moi parce que je suis très proche de Cuba. J’aime ce pays et je crois que le connais bien, non seulement à niveau des institutions et du gouvernement mais encore à niveau du peuple.»

 

Edité par Francisco Rodríguez Aranega
Publicités