Etats-Unis: Pour la liberté du prisonnier politique portoricain Oscar Lopez, incarcéré depuis 35 ans

f0010807

 

« Le président Barack Obama a accordé l’amnistie à plus d’un millier de prisonniers, condamnés pour la plupart à des peines à perpétuité pour des crimes liés aux drogues. Rien ne l’empêche d’amnistier Oscar Lopez avant la fin de son mandat », a déclaré Me Nazario de la Rosa.

 

 

« LA bataille juridique et politique pour la libération de l’indépendantiste portoricain Oscar Lopez s’intensifiera dans les prochains mois », a annoncé à La Havane l’avocat José Juan Nazario de la Rosa, membre de l’équipe de sa défense.

 

Il a souligné qu’il est honteux de maintenir quelqu’un pendant plus de 35 ans en prison pour ses idées politiques, un homme qui a consacré sa vie à la défense de la souveraineté de son pays, maintenu sous domination coloniale par les États-Unis sous l’euphémisme d’ « État libre associé ».

 

Maître De la Rosa a précisé que lors de ses récentes visites à la prison dans laquelle le patriote portoricain est incarcéré, il a pu confirmer qu’Oscar Lopez maintient un bon état de santé en dépit de ses 70 ans, qu’il fait de la peinture tous les jours pour tromper l’ennui et montre un bon comportement.

 

Le juriste a rappelé les dures conditions de vie imposées au prisonnier politique, qui malgré de longues périodes d’isolement et une restriction de ses contacts avec l’extérieur, a su garder le sourire et ne cesse d’exprimer ses remerciements aux groupes solidaires qui s’activent pour sa libération dans son pays comme à l’étranger.

 

« Le président Barack Obama a accordé l’amnistie à plus d’un millier de prisonniers, condamnés pour la plupart à des peines à perpétuité pour des crimes liés aux drogues. Rien ne l’empêche d’amnistier Oscar Lopez avant la fin de son mandat », a-t-il souligné.

 

« C’est pour cette raison qu’il a été décidé d’intensifier dans les prochains jours la campagne internationale pour la libération du prisonnier politique portoricain Oscar Lopez Rivera », a annoncé la présidente de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP), Kenia Serrano, qui a appelé « tous les gens de bonne volonté à faire entendre leurs voix pour mettre un terme à cette honteuse injustice commise par l’empire ».

 

Et d’ajouter : « Une déclaration de soutien à la cause d’Oscar Lopez Rivera signée par des personnalités et des dirigeants d’institutions circule actuellement dans les médias traditionnels et alternatifs, et tous ceux qui le souhaitent peuvent prendre part à cette pétition qui sera envoyée à la Maison-Blanche. »

 

« Ce document a reçu le soutien unanime des membres du Mouvement des pays non alignés, ainsi que de membres de l’ONU, de la Celac (Communauté des États d’Amérique latine et de la Caraïbe) et de nombreux groupes de solidarité », a-t-elle affirmé.

 

Et d’enchaîner que le Mouvement international de solidarité avec Cuba entend fêter le 6 janvier prochain l’anniversaire d’Oscar Lopez Rivera, « comme un message de soutien à sa lutte, à celle de sa famille et à celle de son peuple ».

 

« Il nous faut accentuer chaque jour la pression internationale, et surtout maintenant que Barack Obama peut faire librement usage de ses prérogatives après le résultat des élections », a-t-elle souligné, avant d’ajouter que « nous allons mettre un terme à cet injuste emprisonnement, et pour ce faire nous lutterons ensemble. Oscar er son peuple pourront toujours compter sur la solidarité et le soutien de Cuba ».

 

Dans un entretien avec Granma international, l’avocat Rafael Anglada, s’est arrêté sur la situation coloniale de Porto Rico, depuis 118 ans sous le protectorat des États-Unis qui lui exigent de rembourser une dette extérieure de 72 milliards de dollars sans que le gouvernement annexionniste de l’Île ne puisse prendre de mesures souveraines pour résoudre sa complexe situation économique et financière.

 

Me Anglada a expliqué que son pays est gouverné par une junte de supervision fiscale désignée par l’administration étasunienne, qui applique des mesures d’ajustement économique pour payer la dette, en opérant des coupes sombres dans les prestations et les services sociaux, plongeant dans la pauvreté les secteurs les plus vulnérables de la population.

 

Plus loin, il a attiré l’attention sur les nombreuses manifestations et mobilisations engendrées par cette situation, et dénoncé la politique de répression et de persécution déclenchée contre le peuple qui restera dans les rues pour exiger ses droits humains et citoyens.

 

Il a affirmé que la lutte en faveur de la liberté des prisonniers politiques va s’intensifier à Porto Rico comme à l’étranger, avec le soutien de la solidarité internationale. « Nous sommes profondément reconnaissants à la Révolution cubaine », a-t-il conclu.

Publicités