L’année 2017 sera placée sous le signe de l’amitié Colombie-France

Par Maati Bargach – RFI

2017 sera l’année Colombie-France. Divers événements culturels ou économiques seront organisés pour apprendre aux deux pays à mieux se connaître. La première partie de cette manifestation a lieu en Colombie du 16 décembre 2016 au 14 juillet 2017, jour de la fête nationale en France. La seconde partie, en France, commencera en juin, jusqu’à décembre 2017.

Cette année Colombie-France est prévue depuis le 26 janvier 2015, lorsque les présidents des deux pays ont pris la décision de « renforcer des relations bilatérales en plein essor dans un contexte très favorable », notamment grâce au processus de paix avec les FARC et au dynamisme économique. En 2016, un accord de paix a été trouvé entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et le gouvernement colombien, après 52 ans d’un conflit interne sanglant.

Ce partenariat Colombie-France se donne ainsi « pour objectif d’accompagner cet effort de paix et de contribuer à l’amélioration de l’image de la Colombie à l’international ».

« Promouvoir la Colombie de la paix, de la créativité »

Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères, a déclaré que l’année Colombie-France sera « l’occasion de promouvoir la Colombie de la paix, de la créativité, de l’esprit d’entreprise, de l’innovation ». Son homologue colombienne Maria Angela Holguin Cellar espère quant à elle que cette année 2017 permettra de changer « l’image stigmatisée » de la Colombie, qui veut se faire connaître comme « un pays complètement nouveau, plein d’opportunités ».

En juin 2017, le président colombien Juan Manuel Santos, prix Nobel de la paix 2016 pour « ses efforts en faveur du processus de paix avec les FARC », se rendra en France pour lancer la deuxième partie de l’année.

C’est la première année d’échange que la France organise avec un pays hispanophone. Une première année croisée avait été organisée en Amérique du Sud en 2009, avec le Brésil.

Des événements culturels bilatéraux

Divers événements sont prévus, notamment culturels et économiques. La France sera « invitée spéciale », notamment au Festival de musique de Carthagène, au Salon du livre de Bogota, à la Biennale Fotografica de Bogota, au Festival de la Imagen de Manizales (art numérique) et au Festival international de cinéma de Carthagène. La France sera aussi invitée spéciale dans différents salons d’agriculture, de tourisme ou de mode.

Le ministère de l’Economie organisera un Forum économique thématique à Paris qui aura pour objet « les conditions de l’investissement étranger en Colombie ». La France a une « forte présence économique » en Colombie avec 150 entreprises présentes sur place.

Un salon « Destino Francia » (Bienvenue en France) sur l’attractivité universitaire française sera organisé à Bogota. C’est justement dans la capitale colombienne qu’a été lancée l’année Colombie-France, le 16 décembre, avec un spectacle de la Fête des lumières – qui a lieu tous les ans à Lyon – projeté sur la place Bolivar, sur la façade du palais de justice.

A Lyon, seront organisées des rencontres interuniversitaires franco-colombiennes. Dans les deux pays, des cycles de colloques auront pour thème la sortie de la violence, le dialogue citoyen, les femmes et la science, la ville durable, les enjeux technologiques, etc. Les premières Assises du français seront enfin organisées en Colombie.

« Une nouvelle lumière éclaire la vie de ce pays »

Le 19 décembre 2016, alors en visite à Bogota, Jean-Marc Ayrault déclarait : « Cette année Colombie-France commence sous les meilleurs auspices. […] Aujourd’hui, une nouvelle lumière éclaire la vie de ce pays. Avoir su régler un conflit, qui dure depuis tant d’années, par la voie de la négociation est exemplaire et porteur de beaucoup d’espoirs. »

Car la Colombie a connu des décennies de guerre interne contre une trentaine de guérillas d’extrême gauche et des milices paramilitaires d’extrême droite. Un conflit qui a provoqué au moins 260 000 morts, plus de 60 000 disparus et 6,9 millions de déplacés, depuis son déclenchement en 1964. Et le premier pays producteur de la cocaïne est aussi miné par la violence des narcotrafiquants.

A Medellin, deuxième ville du pays, une rame de métro a été rebaptisée « le train de la culture » et entièrement décorée pour présenter le programme complet des festivités prévues dans la ville. Le calendrier complet est disponible sur le site de la manifestation.

Source: http://www.rfi.fr/ameriques/20161229-annee-2017-amitie-colombie-france-processus-paix-culture

 

Publicités