Macri donne la priorité au Venezuela et non aux droits de l’homme des Argentins

macri_24-02-2017_reuters_1718483347

Le président argentin a à nouveau attaqué le Venezuela alors qu’il continue à asphyxier les citoyens de son pays avec des augmentations excessives des prix des services de base.

Le président de l’Argentine, Mauricio Macri, a affirmé que le Venezuela est la « preuve qu’il y a toujours une marche de plus vers l’enfer. » C’est ce qu’il a déclaré lors d’une interview accordée à l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa.

Mardi dernier, le président a causé la polémique à propos du Venezuela en l’accusant de ne pas être une république, ce qui a provoque » une réaction de la ministre des Relations Extérieures. Cette fois, il est allé plus loin : « C’est un estiment d’impuissance parce qu’il y a encore des Gouvernements dans le monde qui tombent dans l’euphémisme et veulent donner plus de temps au Gouvernement Nicolás Maduro. »

Le président s’est aussi déclaré en faveur de l ‘application de la Charte Démocratique Inter-américaine au Venezuela. La chancelière vénézuélienne Delcy Rodríguez a réagi à ces nouvelles attaques du chef du Gouvernement argentin et a affirmé que Macri « continue à se tromper. »

Le président est en visite en Espagne où il a parlé avec son homologue Mariano Rajoy alors qu’en Argentine, Macri est impliqué dans de multiples scandales qui comprennent l’annulation d’une dette de plusieurs millions d’un groupe d’entreprises appartenant à sa famille, la suspension d’une amende et plusieurs protestations contre ses politiques.

Parmi ses politiques les plus polémiques se trouvent la réduction du budget 2017 qui a provoqué l’abandon de 20 000 plans sociaux et d’affaires concernant les droits de l’homme qui ne disposent pas de fonds en Argentine, en particulier du combat contre la violence de genre, l’augmentation démesurée des tarifs du gaz, de l’électricité, des communications et du transport et la réduction des retraites. Les mesures économiques du président ont été responsables de al vague de licenciements en Argentine.

En plus, la polémique a été enflammée par la visite en Espagne à cause de l’arrestation de la dirigeante sociale Milagro Sala et des commentaires des représentants du parti espagnol Podemos à ce sujet. Toutes ces conditions ont décidé ses opposants politiques, les députés du Front pour la Victoire, à demander un procès politique et plusieurs groupes sociaux ont appelé à des protestations et à des grèves générales.

Publié le 25 Février 2017 par Bolivar Infos

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/La-prioridad-de-Macri-es-Venezuela-no-los-DD.HH.-de-los-argentinos-20170224-0060.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/02/venezuela-macri-donne-la-priorite-au-venezuela-et-non-aux-droits-de-l-homme-des-argentins.html

Publicités