La plupart des Mexicains expulsés par les États-Unis sont des employés et des ouvriers

deportaciones-620x400

La plupart des Mexicains expulsés par les États-Unis sont des adultes jeunes en âge de travailler mais ayant fait des études basiques et n’ayant pas accès à la sécurité sociale dans leur pays natal, indique une étude du Secrétariat du Gouvernement (SG).

Leur âge moyen est de 35 ans bien que presque la moitié des ressortissants rapatriés ou de retour ici par leur propre volonté aient entre 30 et 44 ans. Très peu ont un plan de protection sociale ou d’épargne pour leur retraite. Vu autrement, 60% étaient uniquement inscrits à la Sécurité Sociale.

En ce qui concerne la scolarité, 9,7% des Mexicains avaient fait des études supérieures, 22,7% ont achevé la préparation et 35,5% les études secondaires. Le reste a seulement fait l’école primaire complète ou non et n’a aucun diplôme.

Par sexe, pour 10 femmes, 4 avaient une éducation supérieure alors que sur 10 hommes, 3 avaient ce niveau.

Aux États-Unis, travaillaient essentiellement des employés ou des ouvriers. Cependant, seulement 4,4% ont déclaré que leur retour avait pour but de trouver du travail ici. La moitié cherche à retrouver sa famille et 17,6% ont été expulsés.

Ceux qui s’en vont

L’enquête indique que 86,6% des Mexicains qui émigrent vont aux Etats-Unis, 2,4% au Canada, 1,8% en Espagne et 9,2% dans d’autres pays.

Un peu plus de la moitié (55%) ont passé la frontière avec un visa : 49% d’hommes et 74,6% de femmes.

La plupart des émigrants avec un visa vivaient à Nuevo León et la plupart des sans papiers à Oaxaca.

Le but de 90% des migrants est de trouver du travail bien que dans le cas particulier des femmes, 37,6% aient dit qu’elles allaient aux États-Unis pour travailler, 13,6% pour faire des études, 36,8% pour retrouver leur famille et 2,2% pour fuir l’insécurité ou la violence.

Leur âge moyen de sortie du pays est de 30 ans pour les hommes et de 28 ans pour les femmes. Les enfants sont à peine 4,3% et les personnes de plus de 70 ans entre 4% et 6%.

Les émigrants sont essentiellement originaires de 5 endroits : Michoacán, Guanajuato, Mexico, Jalisco et San Luis Potosí, dans cet ordre. Le dernier état dans lequel ils résidaient avant d’émigrer dans le pays voisin est Guanajuato (10,7%), Michoacán (10,1%), l’état de Mexico (6,3%), Jalisco (5,6%) y San Luis Potosí (5%).

Consulté à ce sujet, le sous-secrétaire à la Population, à la Migration et aux Affaires Religieuses de la SG, Humberto Roque Villanueva, a signalé que le programme Nous Sommes Mexicains, consacré précisément aux compatriotes de retour au pays a été renforcé.

Il a admis que jusqu’à présent, le nombre de bénéficiaires est minime (le document précisé que sur les migrants de retour 3,6% – 19 738 – ont reçu le soutien économique d’un programme du Gouvernement, selon une enquête de 2015.)

Cependant, il est confiant dans le fait de croiser les données des rapatriés avec les opportunités de 18 grandes bourses du travail, à la portée du Conseil de Coordination Patronal avec lequel il a signé récemment un accord pour aider les compatriotes.

Sera aussi utile, a-t-il précisé, le capital d’amorçage de 25 000 pesos pour des projets de production instauré par la Chambre des Députés.

Les données statistiques citées ne tiennent pas compte des plus récents recensements, des plus récentes enquêtes et des plus récents rapports du Mexique et des États-Unis cités par la SG dans le Rapport sur la mobilité et les migrations internationales.

Dimensions du phénomène au Mexique

Les sources de ce document sont les recensements de la Population et du Logement (1990, 2000 et 2010), du Décompte de la Population et du Logement (1995 et 2005), l’Enquête Inter-censitaire 2015, l’enquête Nationale sur la Dynamique Démographique (1992, 1997, 2009 et 2014), l’Enquête sur les Migrations à la Frontière Sud du Mexique (2004-2015), la Série historique de statistiques migratoires sur l’expédition de documents à des étrangers 1998-2012, les bulletins de statistiques migratoires 2013-2015 et les Registres administratifs du Secrétariat aux Relations extérieures 2005-2015.

En plus, certaines sources états-uniennes ont été utilisées, a dit le Gouverneur.

Publié le 5 Mars 2017 par Bolivar Infos

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

 

 

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/02/26/mexico-mayoria-de-deportaciones-desde-estados-unidos-son-empleads-y-obrers/

 

 

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/03/mexique-etats-unis-la-plupart-des-mexicains-expulses-par-les-etats-unis-sont-des-employes-et-des-ouvriers.html

 

 

Publicités