Equateur : Si Lasso gagne, il quittera l’ALBA

h3r1zmycsyuo1x9fep25fixilxwsgjxmx6ttjfgpjz_mlnmmvriuojwj2bbikdmpqmxrv3fxjihmalqhgnf6gywtydb2lsstrmxh8qb4pvc14tvrzxc0xhhfqfblvj2ueiipd7wvnorxddwgyas0-d-e1-ft-620x400

Le candidat qui sera opposé au candidat du parti au pouvoir Lenín Moreno (gauche) compare l’ALBA à « ces petits cafés » où les gens passent le temps « à parler et en ne rien faire pour le monde. »

S’il gagne au second tour, le 2 avril, il mettra, dit-il, un « petit grain de sable » au renforcement de « la démocratie et de la liberté dans tous les pays d’Amérique Latine. »

Le cycle actuel de Gouvernements de gauche dans la région « arrive à sa fin » déclare-t-il dans une interview et il assure que c’est le moment de « tourner la page et de laisser derrière cette histoire de dictatures d’un parti politique pour rétablir la démocratie et les libertés » dans les pays d’Amérique Latine.

Lasso, un ex banquier de 61 ans, annonce que s’il arrive au pouvoir, il sortira l’Equateur de l’alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA) et demandera son entrée dans l’alliance du Pacifique (composée par le Pérou, la Colombie, le Chili et le Mexique), un sujet qu’il a déjà abordé avec certains dirigeants de ces pays parce qu’il pense que dans ce bloc, « il y a de grandes opportunités » commerciales.

« Nous dirons « bye, bye » à l’ALBA

Lasso est partisan de « bonnes relations avec tous les pays du monde » et veut que son Gouvernement éventuel soit bien avec les Etats-Unis, principal associé commercial de l’ Equateur, et avec l’Europe.

Publié le 10 Mars 2017 par Bolivar Infos

Publicités