Cuba : Risque de recul dans le combat contre le trafic de personnes à cause du rafraîchissement des relations avec les Etats-Unis

pasajeros-aguardan-inmigracic3b3n-en-aereopuerto-jose-marti-580x390

Par Daniel Trotta et Sarah Marsh

Cuba et les Etats-Unis ont réduit de façon drastique les chiffres du trafic d’êtres humains depuis qu’ils ont signé en janvier un accord historique mais ils risquent de perdre ces avancées s’ils ne renouent pas le dialogue de haut niveau, ont dit des fonctionnaires du Ministère cubain de l’Intérieur dans une interview exclusive.

Pendant les conversations bilatérales qui ont eu lieu à la fin du mandat de Barack Obama, les Etats-Unis ont décidé de mettre fin à une politique de longue date qui acceptait les citoyens cubains qui mettaient le pied sur le territoire états-unien. La décision de l’administration Obama cherchait à réduire les dangereux voyages illégaux en haute mer.

La politique des « pieds secs-pieds mouillés » a été un exemple du traitement privilégié que le Gouvernement des Etats-Unis accordait aux Cubains pour les encourager à abandonner le pays communiste. Son abrogation a marqué la fin du rapprochement d’ Obama avec l’ex rival de la Guerre Froide.

Depuis que le président Donald Trump est arrivé au pouvoir le 20 janvier avec des promesses de revoir le rapprochement, les dialogues bilatéraux de haut niveau se sont arrêtés.

Pendant ce temps, les bandes de contrebandiers ont essayé de se réorganiser et de se renforcer, ont dit les fonctionnaires cubains.

Bien que la police des Etats-Unis et de Cuba restent en communication directe, les conversations de haut niveau sont essentielles, soutiennent les fonctionnaires cubains.

« C’est d’une extrême importance pour les 2 pays parce que la sécurité des 2 est en danger, » a dit mercredi le lieutenant colonel Dalgys Lamorut. « L’importance de la coopération sauvegarde les avancées que nous avons faites. »

Lamorut, fonctionnaire de la Direction de l’Immigration et des Etrangers et 2 autres lieutenants colonels du Ministère de l’Intérieur qui représentent la police et les garde-frontières ont parlé à Reuters lors d’une ouverture inhabituelle à la presse étrangère de la traite des personnes et de al fraude migratoire.

Cette interview a été donnée au moment où le Gouvernement de Trump va conclure une révision de la politique envers La Havane pour déterminer jusqu’à quel point il va revenir sur le rapprochement d’ Obama avec Cuba, selon des fonctionnaires et d’ex fonctionnaires états-uniens. L’annonce d’un changement de politique pourrait survenir en juin, ont-ils dit.

Les conversations bilatérales permettent à de nombreux organismes de coordonner et d’actualiser des stratégies contre des organisations criminelles, a dit le lieutenant colonel Marco Rodríguez, représentant de la police cubaine.

« Ces organisations ne vont pas cesser leurs actions délictueuses qui vont impliquer indiscutablement Cuba et les Etats-Unis, » a dit Rodríguez. « Ensemble, nous allons continuer à neutraliser l’action de ces structures. »

Réduction du trafic

Les autorités cubaines ont dit que le trafic de personnes avait baissé de façon notable depuis le 12 janvier, date à laquelle la politique des « pieds secs-pieds mouillés » a été abrogée.

Dans les 12 premiers jours de cette année, Cuba a intercepté 69 sorties illégales de personnes. Dans les 3 mois et demi suivants, seuls 44 cas ont été enregistrés, a noté Rodríguez.

Les garde-côtes des Etats-Unis ont informé qu’il n’y a pas eu d’arrestations de Cubains interceptés en mer en avril, c’est le premier mois en 7 ans où il n’y en a pas eu.

Cuba est à seulement 90 miles (145 kilomètres) de Cayo Hueso, Floride et des dizaines de milliers de Cubains ont fait le voyage par mer vers les Etats-Unis depuis la Révolution Cubaine de 1959.

Des fonctionnaires cubains ont révélé que depuis 2013 ils ont arrêté 1 153 Cubains qui tentaient de se rendre aux Etats-Unis avec des visas ou des papiers de voyage faux.

Seulement en 2015 et 2016, en 23 occasions, Cuba a arrêté 86 étrangers qui essayaient d’entrer aux Etats-Unis grâce à des voyages illégaux à partir du territoire cubain. Depuis le 12 janvier 2017, il n’y en a pas eu.

De 2010 à 2017, Cuba a arrêté 182 trafiquants en territoire cubain, parmi lesquels 4 Etats-uniens, confisqué 83 vedettes rapides, a dit le lieutenant colonel Imandra Oceguera des garde-frontières qui a ajouté que 49 personnes sont mortes en participant à des action de contrebande, 30 pendant une seule tentative l’année dernière.

Reportage de Daniel Trotta et Sarah Marsh. Publié en espagnol par Nelson Acosta/Gabriela Donoso)

Publié le 4 Juin 2017 par Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2017/06/02/cuba-advierte-riesgo-de-retroceso-en-combate-a-trafico-humano-por-enfriamiento-lazos-con-eeuu/#boletin20170602

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/06/cuba-risque-de-recul-dans-le-combat-contre-le-trafic-de-personnes-a-cause-du-rafraichissement-des-relations-avec-les-etats-unis.html

Publicités